Journal pas si intime que ça mais quotidien en principe - projet en cours avec Hanako Murakami (elle les photos à venir, moi le texte) Ian Monk

Aujourd’hui le soleil au jardin transforme les arbres devant mes yeux en une troupe de danseuses pailletées 

Aujourd’hui le soleil me pique les yeux en sortant de chez moi comme une flaque d’urine

Aujourd’hui le soleil luit sur mon fils qui dort comme un bébé sur le canapé chez moi

Aujourd’hui le soleil me cuit doucement à Montreuil en chauffant ma blonde et les pastis des voisins

Aujourd’hui le soleil parisien inonde à nouveau mon appart comme une pute qui mouille oui exactement ça
 
Aujourd’hui le soleil parisien je ne l’ai presque pas vu caché à mon appart d’ours

Aujourd’hui le soleil fait ressortir chaque tache blanche sur la vitre du TGV qui me ramène de Lyon

Aujourd’hui le soleil me crève les yeux comme une évidence comme une belle fille blablaba alors quoi ?

Aujourd’hui le soleil parisien pose la question  : pourquoi ceci ou cela est beau et quel intérêt alors ?

Aujourd’hui le soleil me fixe entre les arbres et me demande pourquoi je suis une telle loque 

Aujourd’hui le soleil me réveille gentiment comme une amoureuse timide qui a peur qu’on l’oublie

Aujourd’hui le soleil illumine la gare à Lille : je rentre à Paris : le monde à l’envers

Aujourd’hui le soleil brille à Lille toi pas définitivement pas Emilie et la lumière semble juste fade

Aujourd’hui le soleil ne me crame pas ben non je l’évite comme un baiser qui suinte

Aujourd’hui le soleil réveille les petits dinosaures qui chantent dans ce jardin à Paris : moi aussi alors

Aujourd’hui le soleil est beau mais je m’en fous je m’en bats les steaks saignants

Aujourd’hui le soleil ne chasse même pas cette crève qui commence à m’enlacer comme une amoureuse

Aujourd’hui le soleil enlève timidement le voile de nuages  : un lundi à Paris, rien de plus banal

Aujourd’hui le soleil cuit les coureurs du marathon de Paris qui m’empêchent de traverser la rue

Aujourd’hui le soleil plonge Paris dans une lumière presque méridionale  : je l’ai ramenée avec moi tiens ? 

Aujourd’hui le soleil rend encore plus rose que rose la gare de Voiron coquettement là devant moi

Aujourd’hui le soleil repeint le ciel en bleu provençal et les toits aixois en mille rouges tuilés

Aujourd’hui le soleil entre tout juste par ce store à lattes dans cette chambre mimi à Aix
 
Aujourd’hui le soleil brille sur la question  : pourquoi les pianos dans les gares, surtout les gares excentrées  ?

Aujourd’hui le soleil brille ben sur le rien de nouveau comme sujet de conversation en terrasse cotoise

Aujourd’hui le soleil reste les yeux secs derrière cette voile morne sans le moindre trou pour respirer

Aujourd’hui le soleil chiale des cordes des hallebardes etc derrière sa burka plus grise que le nord

Aujourd’hui le soleil au Grand-Lemps reste encore plus vaseux et indécis qu’une vingtaine de collégiens

Aujourd’hui le soleil fait émerger des hectares de chair molle dans la piscine  : je regarde mon assiette

Aujourd’hui le soleil illumine comme il se doit kif-kif bourricot le monde, la médiathèque d’Izeaux avec

Aujourd’hui le soleil jette des rayons obliques faisant briller les bagnoles devant Le Berlioz à la Côte

Aujourd’hui le soleil commence à re-griller les restes des kebabs etc. pendant cette grève de poubelles marseillaises

Aujourd’hui le soleil entrant par les stores écrit un « t » sur le parquet de ce salon marseillais

Aujourd’hui le soleil vaseux finit par percer au-dessus de Marseille qui s’approche depuis le TGV

Aujourd’hui le soleil a illuminé fugitivement le massif du Vercors, quelques souvenirs d’un ami disparu aussi 

Aujourd’hui le soleil se couche encore derrière ce Pôle Emploi isérois derrière ce cimetière potentiellement universel aussi

Aujourd’hui le soleil se couche comme ça bellement bêtement comme moi chais plus faire depuis des plombes 

Aujourd’hui le soleil me réveille mollement d’une nuit de rêves glauques, fantômes, deuil dur à digéré

Aujourd’hui le soleil fait scintiller les forsythias  : seules taches de couleur au bord de la route nationale

Aujourd’hui le soleil brille aveuglement beau et fort après une nuit de danse dans une yourte iséroise 

Aujourd’hui le soleil ne veut pas percer derrière cette médiathèque de vieux et de mômes qui braillent

Aujourd’hui le soleil à la Côte Saint-André scintille sur les bagnoles dans le parking de Pôle Emploi

Aujourd’hui le soleil me suit à la trace vers Lyon bêtement submergeant l’écran de mon ordi

Aujourd’hui le soleil parisien apparaît fugitivement derrière le lycée en face aussi cendré qu’un fantôme valérien

Aujourd’hui le soleil à Bruxelles chauffe mon dos de manière presque insupportable non mais n’importe quoi

Aujourd’hui le soleil n’était pas au rendez-vous à Lille pour parler de ma fille merde alors

Aujourd’hui le soleil est à nouveau parisien et beau comme un camion poubelle et tout et tout
 
Aujourd’hui le soleil scintille vertement dans mon vin blanc qui s’agite doucement entre Dole et Paris

Aujourd’hui le soleil redonne la couleur verte à l’herbe scintillante et moite depuis ma fenêtre jurassienne
 
Aujourd’hui le soleil jurassien ne brille pas par son absence il n’est tout simplement pas là

Aujourd’hui le soleil retrouve Paris et moi chauffant mes épaules comme mon ordi mes cuisses et cetera

Aujourd’hui le soleil brille par son absence (fallait bien qu’on case celui-là tôt ou tard)

Aujourd’hui le soleil se pointe brièvement derrière le lycée Paul Valéry parqué là  : ruine parisienne en herbe

Aujourd’hui le soleil à La Tirmande pénètre mon bide par effraction puis en ressort gluant et jaunâtre

Aujourd’hui le soleil à Saint Pol sur Ternoise finit par pénétrer les cranes de mes élèves nimbocumulards

Aujourd’hui le soleil scintille par-dessus d’Arras tout en restant brumeux à souhait comme une bière
 
Aujourd’hui le soleil ben je l’attends en regardant par la fenêtre mon sang dans mes yeux

Aujourd’hui le soleil demeure parisien comme chieuse de métro comme connard de soirée tout simplement là quoi
 
Aujourd’hui le soleil redevient parisien et clair et beau ben oui étonnant mais évident à la fois
 
Aujourd’hui le soleil est normand et aussi mou et fade qu’une motte de beurre au supermarché
 
Aujourd’hui le soleil  : je le regarde pour la première fois se coucher comme un clebs depuis ma chambre à Paris
 
Aujourd’hui le soleil y avait pas mais pas mais pas mais du tout du tout du tout
 
Aujourd’hui le soleil je l’ai croisé comme ça dans la rue comme une belle passante cirrhosée
 
Aujourd’hui le soleil suspendu sur la coulée verte chauffe une vieille amitié retrouvée puissamment pour la saison
 
Aujourd’hui le soleil malgré un ciel azur semble aussi absent dans son omniprésence que le bon dieu
 
Aujourd’hui le soleil toujours à Paris te cogne les yeux comme une gueule de bois universelle ambulante
 
Aujourd’hui le soleil à Paris ben on dirait qu’il fait la gueule comme un vrai parisien quoi
 
Aujourd’hui le soleil à Lille est aussi froid qu’il est beau comme ton absence à toi
 
Aujourd’hui le soleil pousse comme femme enceinte comme carnivore constipé mais qui reste là suintant et flou
 
Aujourd’hui le soleil reste aussi fade que moi qui ai dormi dans mes vêtements sans raison apparente
 
Aujourd’hui le soleil fait la gueule encore puis soudain est là pour me caresser fugitivement la joue
 
Aujourd’hui le soleil persiste à scintiller timidement en Isère comme pucelle de passage qui veut tiens ceci  ?
 
Aujourd’hui le soleil a disparu dans le 7e  arrondissement de Paris tout autant que toi précisément toi
 
Aujourd’hui le soleil est de retour à Paris dans le 7e oui si près d’un disparu

Aujourd’hui le soleil est aussi voilé qu’une… ben c’est évident où je veux en venir
 
Aujourd’hui le soleil pénètre la grisaille comme moi j’essaie vainement de le faire de la nuit
 
Aujourd’hui le soleil finit par pénétrer par la fenêtre comme mon sommeil se fonce dans le noir
 
Aujourd’hui le soleil chauffe la couenne des mômes paysans que je fais écrire sur les animaux imaginaires
 
Aujourd’hui le soleil d’après mes souvenirs ne ressemble pas plus à une étoile que moi là
 
Aujourd’hui le soleil s’invite dans ma chambre d’hôtel médiocre comme une poule de luxe paumée
 
Aujourd’hui le soleil lance ses reflets médiocrement malgré lui on dirait sur les nuages éparpillés sans intérêt
 
Aujourd’hui le soleil persiste à scintiller timidement en Isère pour ses plouks et ses cons de passage
 
Aujourd’hui le soleil ne brillera plus pour ce bon vieil ami si loin de moi en Floride
 
Aujourd’hui le soleil finit par pénétrer la grisaille comme moi j’essaie vainement de le faire la nuit
 
Aujourd’hui le soleil m’est échappé aussi complètement que la raison pour laquelle je suis précisément là ici
 
Aujourd’hui le soleil de retour en Isère scintille vapeureusement derrière la pollution grenobloise exportée par la brise
 
Aujourd’hui le soleil à Marseille fait la gueule comme tout marseillais qui se respecte devant un rosbif
 
Aujourd’hui le soleil pénètre plutôt dans mes yeux quand je les ouvre péniblement après une sieste matinale
 
Aujourd’hui le soleil pénètre dans ma chambre d’hôtel par infraction on dirait bêtement ça triste quoi
 
Aujourd’hui le soleil pénètre dans le café resto ou je déjeune (mal) chauffant mon dos penché sur la bidoche
 
Aujourd’hui le soleil se glisse derrière les arbres nus comme empaillé un saumon percé par des harpons
 
Aujourd’hui le soleil fait fondre la neige et pousser les lunettes noires sur les nez rouges gouttant