Journal pas si intime que ça mais quotidien en principe - projet en cours avec Hanako Murakami (elle les photos à venir (tiens voir plutôt ici) moi le texte) 

Aujourd’hui le soleil à Saint Geoirs fait suer auteurs et badauds sous un chapiteau tout simplement inhumain

Aujourd’hui le soleil peine à empêcher les hallebardes de tomber sur la fête de la musique beaurepairois

Aujourd’hui le soleil entre à peine par les stores alors que les mômes de Marcilloles moralisent élémentairement

Aujourd’hui le soleil fait sortir les buveurs de bonne bière sur la place du marché à Beaurepaire

Aujourd’hui le soleil réchauffe la cordonnerie côtoise à tout faire devant moi « Central Service » rappelant irrésistiblement Brazil
 
Aujourd’hui le soleil grimpe par ces vitres crassement légèrement filtrantes vers l’intérieur itou de la pizzéria

Aujourd’hui le soleil illumine mon apérol spritz côtois comme le plus beau des feux orange et ambigus

Aujourd’hui le soleil à Saint Siméon de Bressieux fait suinter la bidoche froide sur mon plateau repas
 
Aujourd’hui le soleil comme tous les jours d’ailleurs n’atteint pas les trines de la Côte

Aujourd’hui le soleil se voile légèrement mais reste aussi plombant qu’une burqa plus noire que noire

Aujourd’hui le soleil fait onduler les vaguelettes de la piscine sur les vertes feuilles de laurier tachetées

Aujourd’hui le soleil fait multiplier comme les mouches les taches de rousseur sur mon avant-bras gauche

Aujourd’hui le soleil ressort des hectares et des kilos de chair blanche aux terrasses de la Côte

Aujourd’hui le soleil rebondit soudain sur le pare-brise flambant neuf splatch une étoile qui explose m’aveuglant 

Aujourd’hui le soleil illumine doucement le Vercors la Chartreuse et cetera depuis nulle part entre les deux

Aujourd’hui le soleil à la Côte me crame le cou même à l’ombre so fucking British

Aujourd’hui le soleil à Vernioz (où ça ?) remplit tout bêtement le vide laissé par le réseau téléphonique 

Aujourd’hui le soleil illumine ce minuscule rondpoint où les automobilistes essayent en vain de suivre le code

Aujourd’hui le soleil fait étinceler les gouttes d’eau tombant du pigeon qui s’envole du caniveau

Aujourd’hui le soleil rentre par la fenêtre de mon gîte comme un simple retour à la vie

Aujourd’hui le soleil troue à peine les nuages blanc-cassés derrière les ruines horriblement solides de Vienne

Aujourd’hui le soleil rallume la Côte Saint-André sa population boudeuse ses pigeons et ses tuiles bombées

Aujourd’hui le soleil disparaît derrière un orage isérois d’une violence inouïe : la piscine abandonnée se remplit

Aujourd’hui le soleil chauffe la terrasse chez la Mère Martin et mon manque quasi total d’appétit

Aujourd’hui le soleil me fait tout simplement suer mais suer à la médiathèque à la Côte machin

Aujourd’hui le soleil me fait penser au copain qui vient de se faire bouffer par les poissons

Aujourd’hui le soleil de Montreuil ne me sauve pas d’un mal de gorge qui me nique
 
Aujourd’hui le soleil est en attente apparemment à Paris alors qu’il pisse des cordes à Dublin
 
Aujourd’hui le soleil est éperdument irlandais comme la serveuse qui me lance des regards obliques et roux
 
Aujourd’hui le soleil à Dublin titille les fenêtres et mes souvenirs comme les lances qui font sourire
 
Aujourd’hui le soleil m’attend ailleurs oui pas ici du coup je ne le vois à peine

Aujourd’hui le soleil dans le TGV entre Dole et Paris ne me laisse pas dormir : zéro chance

Aujourd’hui le soleil finit par me réveiller quand même, oui, presque comme tout le monde quand même

Aujourd’hui le soleil me réveille par son absence : il est presque minuit dans le Jura silencieux

Aujourd’hui le soleil me réveille dans le train à Lyon Saint-Exupéry : l’aéroport pour les suicidaires ?

Aujourd’hui le soleil parisien fait briller les gouttes de pluie d’une violence aussi subite qu’éphémère

Aujourd’hui le soleil chauffe timidement la laideur du collège lycée Paul Valéry en attendant sa démolition salutaire

Aujourd’hui le soleil ne m’a pas réveillé pour une fois la matinée fut grasse, délicieusement noire

Aujourd’hui le soleil me fait suer dans mon bureau devant un travail alimentaire ingrat sur les bagnoles

Aujourd’hui le soleil n’a pas sorti le sdf devant chez moi de son sac de couchage

Aujourd’hui le soleil fait étinceler les emballages en alu des pique-niques bouffés/jetés en gare d’Hazebrouck

Aujourd’hui le soleil entre dans ce salon de livres à Hazebrouck où les bouquins sont flasques, poissonneux

Aujourd’hui le soleil m’a pissé dessous on dirait comme un clodo en haut d’un escalateur
 
Aujourd’hui le soleil m’attend dehors alors que j’hésite connement sur mon choix de lunettes noires
 
Aujourd’hui le soleil semble me dire un Bloody Mary ou rien et donc ainsi fut-il putain
 
Aujourd’hui le soleil fait chialer un copain sur le trottoir de sa vie comme un ado adorable

Aujourd’hui le soleil n’illumine rien à Paris pas un seul gin tonic ni affiche électorale déchirée
 
Aujourd’hui le soleil de Saint-Amand-Les-Eaux se noie justement sous une pluie de soulagement grisâtre
 
Aujourd’hui le soleil près de Rouen réchauffe la dépouille d’un ami il y a longtemps assassiné
 
Aujourd’hui le soleil s’est levé dans ma rue aussi souriant qu’une Roumaine qui te cause cul
 
Aujourd’hui le soleil semblait plus encore distant de moi qu’un poème bancal d’un fonctionnaire lobotomisé
 
Aujourd’hui le soleil rend plus bizarre que moi le vert des arbustes et les plumes des oiseaux
 
Aujourd’hui le soleil fait légèrement scintiller mes mains qui tapent frénétiquement sur le clavier de mon Mac
 
Aujourd’hui le soleil inonde le canapé vide sans ma fille sans sa tablette sans son plaid rouge
 
Aujourd’hui le soleil reste parisien et terne et beau et con et cetera juste comme il faut
 
Aujourd’hui le soleil fait scintiller la poubelle stylée en inox de la cuisine avec ses rayons obliques
 
Aujourd’hui le soleil rend glauque le ciel juste derrière les arbres qui s’agitent dans le vent
 
Aujourd’hui le soleil au jardin transforme les arbres devant mes yeux en une troupe de danseuses pailletées
 
Aujourd’hui le soleil me pique les yeux en sortant de chez moi comme une flaque d’urine
 
Aujourd’hui le soleil luit sur mon fils qui dort comme un bébé sur le canapé chez moi
 
Aujourd’hui le soleil me cuit doucement à Montreuil en chauffant ma blonde et les pastis des voisins
 
Aujourd’hui le soleil parisien inonde à nouveau mon appart comme une maîtresse qui mouille oui exactement ça
 
Aujourd’hui le soleil parisien je ne l’ai presque pas vu caché à mon appart d’ours
 
Aujourd’hui le soleil fait ressortir chaque tache blanche sur la vitre du TGV qui me ramène de Lyon
 
Aujourd’hui le soleil me crève les yeux comme une évidence comme une belle fille blablaba alors quoi ?
 
Aujourd’hui le soleil parisien pose la question : pourquoi ceci ou cela est beau et quel intérêt alors ?
 
Aujourd’hui le soleil me fixe entre les arbres et me demande pourquoi je suis une telle loque
 
Aujourd’hui le soleil me réveille gentiment comme une amoureuse timide qui a peur qu’on l’oublie
 
Aujourd’hui le soleil illumine la gare à Lille : je rentre à Paris : le monde à l’envers
 
Aujourd’hui le soleil brille à Lille toi pas définitivement pas Emilie et la ville semble juste fade
 
Aujourd’hui le soleil ne me crame pas ben non je l’évite comme un baiser qui suinte
 
Aujourd’hui le soleil réveille les petits dinosaures qui chantent dans ce jardin à Paris : moi aussi alors
 
Aujourd’hui le soleil est beau mais je m’en fous je m’en bats les steaks saignants
 
Aujourd’hui le soleil ne chasse même pas cette crève qui commence à m’enlacer comme une amoureuse
 
Aujourd’hui le soleil enlève timidement le voile de nuages : un lundi à Paris, rien de plus banal
 
Aujourd’hui le soleil cuit les coureurs du marathon de Paris qui m’empêchent de traverser la rue
 
Aujourd’hui le soleil plonge Paris dans une lumière presque méridionale : je l’ai ramenée avec moi tiens ?
 
Aujourd’hui le soleil rend encore plus rose que rose la gare de Voiron coquettement là devant moi
 
Aujourd’hui le soleil repeint le ciel en bleu provençal et les toits aixois en mille rouges tuilés
 
Aujourd’hui le soleil entre tout juste par ce store à lattes dans cette chambre mimi à Aix
 
Aujourd’hui le soleil brille sur la question : pourquoi les pianos dans les gares, surtout les gares excentrées ?
 
Aujourd’hui le soleil côtois brille obligatoirement sur le rien de nouveau comme sujet de conversation en terrasse 
 
Aujourd’hui le soleil reste les yeux secs derrière cette voile morne sans le moindre petit trou pour respirer
 
Aujourd’hui le soleil chiale les cordes les hallebardes etc derrière sa burka plus grise que le nord
 
Aujourd’hui le soleil au Grand-Lemps reste encore plus vaseux et indécis qu’une vingtaine de collégiens
 
Aujourd’hui le soleil fait émerger des hectares de chair molle dans la piscine : je regarde mon assiette
 
Aujourd’hui le soleil illumine comme il se doit kif-kif bourricot le monde, la médiathèque d’Izeaux avec
 
Aujourd’hui le soleil jette des rayons obliques faisant briller les bagnoles devant Le Berlioz à la Côte
 
Aujourd’hui le soleil commence à re-griller les restes des kebabs etc. pendant cette grève de poubelles marseillaises
 
Aujourd’hui le soleil entrant par les stores écrit un « t » sur le parquet de ce salon marseillais
 
Aujourd’hui le soleil vaseux finit par percer au-dessus de Marseille qui s’approche depuis le TGV
 
Aujourd’hui le soleil a illuminé fugitivement le massif du Vercors, quelques souvenirs d’un ami disparu aussi
 
Aujourd’hui le soleil se couche encore derrière ce Pôle Emploi isérois derrière ce cimetière potentiellement universel aussi
 
Aujourd’hui le soleil se couche comme ça bellement bêtement comme moi chais plus faire depuis des plombes
 
Aujourd’hui le soleil me réveille mollement d’une nuit de rêves glauques, fantômes, deuil dur à digéré
 
Aujourd’hui le soleil fait scintiller les forsythias : seules taches de couleur au bord de la route nationale
 
Aujourd’hui le soleil brille aveuglement beau et fort après une nuit de danse dans une yourte iséroise
 
Aujourd’hui le soleil ne veut pas percer derrière cette médiathèque de vieux et de mômes qui braillent
 
Aujourd’hui le soleil à la Côte Saint-André scintille sur les bagnoles dans le parking de Pôle Emploi
 
Aujourd’hui le soleil me suit à la trace vers Lyon bêtement submergeant l’écran de mon ordi
 
Aujourd’hui le soleil parisien apparaît fugitivement derrière le lycée en face aussi pâle qu’un fantôme valérien
 
Aujourd’hui le soleil à Bruxelles chauffe mon dos de manière presque insupportable non mais n’importe quoi
 
Aujourd’hui le soleil n’était pas au rendez-vous à Lille pour parler de ma fille merde alors
 
Aujourd’hui le soleil est à nouveau parisien et beau comme un camion poubelle et tout et tout
 
Aujourd’hui le soleil scintille vertement dans mon vin blanc qui s’agite doucement entre Dole et Paris
 
Aujourd’hui le soleil redonne la couleur verte à l’herbe scintillante et moite depuis ma fenêtre jurassienne
 
Aujourd’hui le soleil jurassien ne brille pas par son absence il n’est tout simplement pas là
 
Aujourd’hui le soleil retrouve Paris et moi chauffant mes épaules comme mon ordi mes cuisses et cetera
 
Aujourd’hui le soleil brille par son absence (fallait bien qu’on case celui-là trop ou tard)
 
Aujourd’hui le soleil se pointe brièvement derrière le lycée Paul Valéry parqué là : ruine parisienne en herbe
 
Aujourd’hui le soleil à La Tirmande pénètre mon bide par effraction puis en ressort gluant et jaunâtre
 
Aujourd’hui le soleil à Saint Pol sur Ternoise finit par pénétrer les cranes de mes élèves nimbocumulards
 
Aujourd’hui le soleil scintille par-dessus d’Arras tout en restant brumeux à souhait comme une bière
 
Aujourd’hui le soleil ben je l’attends en regardant par la fenêtre mon sang dans mes yeux
 
Aujourd’hui le soleil demeure parisien comme chieuse de métro comme connard de soirée tout simplement là quoi
 
Aujourd’hui le soleil redevient parisien et clair et beau ben oui étonnant mais évident à la fois
 
Aujourd’hui le soleil est normand et aussi mou et fade qu’une motte de beurre au supermarché
 
Aujourd’hui le soleil : je le regarde pour la première fois se coucher comme un clebs depuis ma chambre à Paris
 
Aujourd’hui le soleil y avait pas mais pas mais pas mais du tout du tout du tout
 
Aujourd’hui le soleil je l’ai croisé comme ça dans la rue comme une belle passante cirrhosée
 
Aujourd’hui le soleil suspendu sur la coulée verte chauffe une vieille amitié retrouvée puissamment pour la saison
 
Aujourd’hui le soleil malgré un ciel azur semble aussi absent dans son omniprésence que le bon dieu
 
Aujourd’hui le soleil toujours à Paris te cogne les yeux comme une gueule de bois universelle ambulante
 
Aujourd’hui le soleil à Paris ben on dirait qu’il fait la gueule comme un vrai parisien quoi
 
Aujourd’hui le soleil à Lille est aussi froid qu’il est beau comme ton absence à toi
 
Aujourd’hui le soleil pousse comme femme enceinte comme carnivore constipé mais qui reste là suintant et flou
 
Aujourd’hui le soleil reste aussi fade que moi qui ai dormi dans mes vêtements sans raison apparente
 
Aujourd’hui le soleil fait la gueule encore puis soudain est là pour me caresser fugitivement la joue
 
Aujourd’hui le soleil persiste à scintiller timidement en Isère comme pucelle de passage qui veut tiens ceci ?
 
Aujourd’hui le soleil a disparu dans le 7e  arrondissement de Paris tout autant que toi précisément toi
 
Aujourd’hui le soleil est de retour à Paris dans le 7e oui si près d’un disparu
 
Aujourd’hui le soleil est aussi voilé qu’une… ben c’est évident où je veux en venir
 
Aujourd’hui le soleil pénètre la grisaille comme moi j’essaie vainement de le faire de la nuit
 
Aujourd’hui le soleil finit par pénétrer par la fenêtre comme mon sommeil se fonce dans le noir
 
Aujourd’hui le soleil chauffe la couenne des mômes paysans que je fais écrire sur les animaux imaginaires
 
Aujourd’hui le soleil d’après mes souvenirs ne ressemble pas plus à une étoile que moi là
 
Aujourd’hui le soleil s’invite dans ma chambre d’hôtel médiocre comme une poule de luxe paumée
 
Aujourd’hui le soleil lance ses reflets médiocrement malgré lui on dirait sur les nuages éparpillés sans intérêt
 
Aujourd’hui le soleil persiste à scintiller timidement en Isère pour ses plouks et ses cons de passage
 
Aujourd’hui le soleil ne brillera plus pour ce bon vieil ami si loin de moi en Floride
 
Aujourd’hui le soleil finit par pénétrer la grisaille comme moi j’essaie vainement de le faire la nuit
 
Aujourd’hui le soleil m’est échappé aussi complètement que la raison pour laquelle je suis précisément là ici
 
Aujourd’hui le soleil de retour en Isère scintille vapeureusement derrière la pollution grenobloise exportée par la brise
 
Aujourd’hui le soleil à Marseille fait la gueule comme tout marseillais qui se respecte devant un rosbif
 
Aujourd’hui le soleil pénètre plutôt dans mes yeux quand je les ouvre péniblement après une sieste matinale
 
Aujourd’hui le soleil pénètre dans ma chambre d’hôtel par infraction on dirait bêtement ça triste quoi
 
Aujourd’hui le soleil pénètre dans le café resto ou je déjeune (mal) chauffant mon dos penché sur la bidoche
 
Aujourd’hui le soleil se glisse derrière les arbres nus comme empaillé un saumon percé par des harpons
 
Aujourd’hui le soleil fait fondre la neige et pousser les lunettes noires sur les nez rouges gouttant