Mercredi 19 Avril 2017

Le nouveau roman d’Eduardo Berti, le premier écrit en français, est déjà en librairie depuis le 30 mars.

Une présence idéale (Flammarion)




« Entre avril et decembre 2015, j’ai passe plusieurs semaines au CHU de la ville de Rouen, invité et tres bien accueilli par son service de soins palliatifs. Les textes qui suivent ont eté inspires, plus ou moins librement, de ce que j’ai vu, entendu et vecu la-bas. Évidemment, les noms des narrateurs (des narratrices, en grande partie) sont faux, car il s’agit d’une fiction construite àpartir d’une experience reelle. Cela dit, ces textes veulent rendre hommage àtous les soignants de toutes les unites de soins palliatifs » (extrait de la préface)

Ils sont médecin, interne, infirmier, brancardier, mais aussi esthéticienne, musicienne, lectrice bénévole. À l’hôpital, un à un, ils prennent la parole pour raconter les patients et les familles qui les ont marqués, les liens subtils qu’ils ont noués, les dilemmes auxquels ils ont été confrontés. Par petites touches, ils décrivent la vie au jour le jour quand il s’agit d’apporter des soins au corps, mais aussi à l’âme de ceux qui leur sont confiés au sein de cette unité différente des autres – celle des soins palliatifs. Les malades, ici, ne guériront pas, et les soignants s’efforcent de trouver non la distance idéale, mais la présence idéale auprès d’eux. Car ils ont cette vocation singulière  : apaiser ceux qui partent, réconforter ceux qui restent. En côtoyant la mort au plus près, Eduardo Berti parvient, avec une sobriété et une simplicité exemplaires, à dire ce qu’est la vie. Et livre, avec ce vibrant hommage aux soignants, un magnifique portrait de la condition humaine.