Ian Monk

L’idée que tout poème (tout texte) existant peut être considéré comme une strophe d’une quenine qu’il faut compléter est proposée par IM dans La queninisation du yucca (BO 181). En principe, on ne queninise pas les quenines  : elles sont la forme parfaite de la littérature.

Dans le poème de Ian Monk ci-dessous, la dernière strophe de la quintine est un poème en cinq vers de Prévert.

  

Queninisation de La Cène, de Jacques Prévert

Non mais, merde enfin où avez-vous la tête  ?
Allez  ! à table

Serrez-vous d’abord à gauche et puis à droite
Ne charriez pas
Mettez-vous devant votre assiette
  

Là au milieu d’eux la grande assiette
Avec du jambon et un pâté de tête

Ne leur parle pas
Et pour la table
Un pied trop court la fait pencher vers la droite

  

Le pichet de vin glisse donc vers la droite
Suivi prestement par l’assiette

Mais ceux à table
Ils ne relèvent aucunement la tête
Et ils ne voient pas

 

Quand on ne voit pas
On prend quelquefois la gauche pour la droite

Ou bien plus bêtement son cul pour sa tête
Sinon carrément une assiette
Pour une table

 

Ils sont à table
Ils ne mangent pas

Ils ne sont pas dans leur assiette
Et leur assiette se tient toute droite
Verticalement derrière leur tête

                                                   IM


Le poème a été écrit pour
l’Abécédaire provisoirement définitif
de l’Oulipo
en 2014

Contraintes suivies: 

Considérer un texte donné comme une « strophe » d’une quenine et compléter cette quenine serait une queninisation de ce texte… … et serait une étape du programme général de queninisation de la…