Fondation Les Arts à Paris, 2007 Hervé Le Tellier

Une femme marche dans Paris. Elle a rendez-vous avec un homme, un amant avec qui elle va rompre. Traverser Paris raconte son monologue intérieur, à la fois une élaboration et une répétition. La matière unique de l’image, entre photographie mouvante, peinture et gravure, est travaillée par le vidéaste Jean-Baptiste Decavèle, avec lequel Hervé Le Tellier a déjà collaboré pour Replis, devenu le livre Inukshuk, l’homme debout.

Cette œuvre a reçu le soutien de la Marie de Paris, département Les Arts à Paris.

Image1

 

 Un extrait de « Traverser Paris » :

 

Image2J’ai d’abord rempli des listes.

J’ai aligné des colonnes. Une colonne Pour te quitter. Une colonne Contre.

J’ai construit un grand schéma, un quadrillage compliqué qui composait comme les blocks d’une ville américaine.

Je t’aime encore, dans la colonne Pour. Ou plutôt, j’aime encore t’avoir aimé, c’est comme l’arrière-goût sucré d’un café.

Je ne t’aime plus, dans la colonne Contre. Ou plutôt, je ne t’aime plus comme il faudrait que je t’aime pour continuer à t’aimer.

J’ai écrit, au fil des lignes  :

ta peau,

ta façon de sourire parfois,

ton air anglais d’homme qui s’ennuie,

ton humour un peu amer,

tes yeux verts et parfois gris,

tes mains longues et fines.

J’ai vu que les colonnes Pour et Contre se remplissaient des mêmes mots, j’ai compris que ce qui m’attirait hier me repoussait aujourd’hui.

J’ai compris que ce charme presque féminin qui m’a séduit ne me touchait plus, moi qui cherche désormais de l’étrangeté, de l’étranger.

J’ai compris que ta façon de me caresser avec timidité, qui me troublait hier, m’exaspérait aujourd’hui, moi qui souhaite de l’avidité, de l’âpreté.