incluant une véridique histoire des nombres «de Queneau» Michèle Audin

Michèle Audin

Lors de la réunion 633 de l’Oulipo, qui se tint le 25 juillet 2013, je lus une version préliminaire de l’histoire dont vous venez de prendre connaissance (si toutefois vous avez « tourné » les pages dans l’ordre). La similitude avec l’affaire Hugo Vernier frappa tous les participants (comme elle a certainement frappé les lecteurs). Outre les oh ! et les ah ! d’admiration (parmi mes nombreux défauts, il y a aussi la modestie), outre l’injonction de faire de cette histoire une BO, les commentaires et les informations fusèrent.

Jacques Roubaud mentionna Vinaver et Tavera (après un bref sondage effectué quelques jours plus tard, il s’avéra que je n’étais pas la seule à n’avoir jamais entendu le nom de Tavera, je sais, c’est une honte, mais l’honnêteté est un autre de mes défauts). Je finis par m’adresser à Thieri Foulc, qui m’envoya rapidement (par la poste, qui ne fonctionne pas si mal qu’on le dit parfois) un exemplaire d’un numéro de Subsidia pataphysica et des informations sur Antoine Tavera (qu’il a connu). Voilà comment je peux désormais boucher quelques trous d’une histoire qui mérite d’être davantage connue de toutes (et tous).

ce n’est pas fini
suite à droite
$ \to $

image : le titre de l’article de Tavera
dans Subsidia
le S a été dessiné par Latis