L’Académie des sciences et la Commune de Paris Michèle Audin

Michèle Audin

En prélude à ce qui suivra inévitablement, complétons ceci par un extrait du récit fait par un témoin oculaire et que publia, le 22 avril, parce que beaucoup de versions différentes de la mort de Flourens circulaient, l’Officiel de la Commune :

Les gendarmes prirent le cadavre par les bras et le traînèrent quelques pas jusqu’à un paillasson roulé, une portion seulement du paillasson fut déroulée pour couvrir le corps ; pendant ce trajet, la cervelle s’échappant par l’ouverture béante du crâne, se répandait sur le sable.
C’est de l’homme qui, sur l’avis de l’officier, dut ramasser dans ses mains les débris de la cervelle du malheureux Flourens, que nous tenons ces horribles détails.

Après ces « horribles détails », qui préfigurent ce que fut la fin du mois de mai, revenons aux papotages de la salle des pas perdus. Certains parlèrent-ils de la pénurie de houille ? Celle-ci aurait-elle des effets sur l’éclairage public ? D’autres avaient-ils entendu dire que la houille arrivait normalement ? L’un s’inquiétait-il pour le tabac ? Un autre savait-il que les provisions étaient considérables ? Le bruit courait-il que la Commune fabriquait de faux billets ? Que les caves de la Banque de France regorgeaient de soldats enchaînés ? Commentait-on ? Démentait-on ? Savait-on que la Commune avait signé une convention avec la Bibliothèque Nationale, pour protéger les collections ? En déduisait-on que les brigands n’étaient pas si mauvais ? L’initiative de Courbet réunissant les « artistes » était-elle au goût de tout le monde ? Se félicitait-on que l’on ait brûlé la guillotine ? Se félicitait-on que ceci se soit fait sous la statue de Voltaire ?
Est-il concevable que le repli de l’École polytechnique à Tours quelques jours plus tôt n’ait pas été au centre des conversations ? Ce départ expliquait-il l’absence de plusieurs académiciens, qui y enseignaient ? Celle de Joseph Bertrand, par exemple ? Quelqu’un émit-il l’idée que Serret devait être furieux, lui qui avait démissionné de cette école parce qu’on lui avait refusé que le semestre se termine à Bordeaux, ramenant les élèves à Paris à peine trois semaines plus tôt ?

Mais il était trois heures et l’on entra dans la salle. Au bureau, Delaunay agita la sonnette et la séance commença. Le « reporter », ce qui est peut-être un anachronisme, du Journal Officiel ne trouva rien d’intéressant dans la correspondance dépouillée par Élie de Beaumont. Celui-ci accepta, sous le numéro 2602, un pli cacheté, déposé par le Docteur Déclat, sur une nouvelle méthode de traitement par injection sous-cutanée applicable à toutes les maladies, qui ne serait ouvert que bien plus tard, mais la technique était déjà appliquée au moins depuis 1853. Déclat était sur place et présenta d’ailleurs des expériences sur les bêtes à cornes dont le journaliste rendit compte assez longuement, M. Zaliwski était présent aussi, et parla d’aiguilles aimantées, le journaliste s’étendit sur les observations de trois floraisons d’une même jacinthe rose, que Chevreul avait décrites avec quelque précision et nota le parti que l’on pouvait tirer de ces observations. Il est vrai que, le 10 avril, un 10 avril, la floraison des jacinthes était d’actualité. « M. le docteur Ducaisne, notre confrère du  journal la France », écrivit le journaliste, il s’agissait d’E. Decaisne, présenta des observations et une étude sur la nostalgie, sur les causes et les effets, écrivit notre journaliste, de la nostalgie morale, de ce mal invisible qui s’attaque, paraît-il, c’est toujours le journaliste qui parle, plus fréquemment aux hommes qu’aux femmes, qui étreint surtout les exilés, il résuma vingt-deux des observations qu’il avait faites pendant le siège dans lesquelles il avait étudié l’influence qu’ont pu exercer sur leur moral les souvenirs du cœur et de l’esprit, la privation ou la réception de nouvelles attendues avec anxiété, il conclut que la médicamentation matérielle n’était pas toujours efficace. Louise Michel a repris ce passage – en reproduisant l’erreur de nom :

Le docteur Ducaisne s’occupait de la nostalgie morale sur laquelle les remèdes moraux étaient plus puissants que les autres, il aurait pu y joindre les hantises de peur, la soif de sang, des pouvoirs qui s’écroulent.
Les savants s’occupèrent de tout dans une paix profonde, depuis la végétation anormale d’un oignon de jacinthe jusqu’aux courants électriques.

S’il n’omit pas la suite de la dispute, platonique puisque Sainte-Claire Deville n’était pas présent, sur les observations météorologiques, le journaliste ne mentionna ni les causes morales de l’infériorité des armées françaises, ni le métamorphisme chez les météorites, ni la réfraction elliptique du quartz. Surtout, il ne parla pas cette fois de la note dont Michel Chasles donna lecture. Pourtant celle-ci commençait par la phrase

Les systèmes de coniques donnent lieu à d’innombrables théorèmes

qui aurait pu impressionner un journaliste. Innombrables, mais dénombrables, soixante en tout cas ce jour-là pour cette note de douze pages.
La séance fut levée à quatre heures trois quarts.
 

pour « tourner la page »
et accéder à la suivante
cliquer sur le début de son titre
qui apparaît à doite de l’écran

Couverture : Le Journal Officiel


La figure du 10 avril :


et L = (C F) $ \cap $ (E B).