Certaines syllabes communes à plusieurs mots peuvent être mises en facteur commun afin d’éviter leur répétition.
Par exemple :

Pi
 
(Je me sens fla
Car mon amie est une chi
Et que je n’ai pas fait ma kinésitéra
Je vais me faire un petit géné
Et une petite pomme d’A
Qui me donneront un moment de ré
Parfois je surchauffe sous le ké
Je vais me retirer sous mon ti
Au bord de mon Mississi
Assis sur mon ta
C’est une bonne théra
Qui vaut une thalassothéra
C’est mon moment de ré
Avant ma séance de touche-pi) Pi
 
 
 
Do
 
J’en ai plein, des dos  :
(J’ai le mika
Qu’il faut démêler sans trembler
J’ai le cré
Auquel je crois
J’ai le cra
Que je ne suis pas
J’ai le fa
Quand je suis triste
J’ai le ju
A l’heure des bagarres
J’ai le comman
A l’heure des guerres
J’ai le despera
A l’heure des défaites
J’ai le ri
Que je tire quand s’éveille
Ma libi
J’ai le far
Que je porte sur … mes épaules
J’ai mon ra
Pour flotter
J’ai mon clo
Pour mendier
J’ai mon frican
Pour manger
J’ai mon Quasimo
Pour clocher
J’ai ma torpé
Pour m’enfuir
J’ai mon ca
A vous offrir…
Mais mon chéri,
Quand vient le soir,
C’est toujours mon do) Do