Un onzain hétérogrammatique est un poème de cent vingt et une (onze fois onze) lettres. On y emploie les dix lettres les plus fréquemment utilisées en français (AEILNORSTU – Aliénor sut) plus une laissée au choix de l’auteur, disons X pour fixer les idées.

Les onze premières lettres du poème forment une anagramme de AEILNORSTUX, les onze suivantes aussi, et ainsi de suite. Le poème est habituellement présenté de deux façons, 

- une façon « intelligible »

- une qui révèle la contrainte. 

Exemples.

Alphabets, de Georges Perec, est constitué de 176 onzains hétérogrammatiques.

L’exemple suivant est un poème utilisé dans les Opéras-minute, de Frédéric Forte. Ici X=B.

Tu es loin, bras ténu :
l’air obtus noie l’abri,
ton bal ruse…
          Nue, t’abolir ?
Sans tou brûlerais net
(l’oubli est un rabot)

seul   noir absolu
train
(éblouir ?) absent

TUESLOINBRA
STENULAIROB
TUSNOIELABR
ITONBALRUSE
NUETABOLIRS
ANSTOIBRULE
RAISNETLOUB
LIESTUNRABO
TSEULNOIRAB
SOLUTRAINEB
LOUIRABSENT