Il s’agit de lire l’index des premières lignes d’un livre comme un poème. Il existe divers moyens de le faire, dont voici certains. 

— Ordinalement, comme si les incipit, dressés tels quels, étaient plutôt des vers prêts à découper. Ainsi, un extrait des Ruines de Paris de Jacques Réda (Gallimard, 1977) :
 
Du jour au lendemain, 54
Je vais sans hâte, 56

— Alphabétiquement, c’est-à-dire selon l’index, en guettant des enchaînements propices. Donc, dans les Œuvres poétiques de Verlaine, édition de J. Robichez (Garnier, 1995) :
 
Notre essai de culture eut une triste fin, 405
Nous sommes en des temps infâmes, 128

— Par rime, sans autre contrainte particulière. Encore chez Verlaine :
 
Dans l’interminable Ennui, 152
Désormais le Sage, puni, 219


Marche aussi pour une table des matières (toujours Verlaine) :
 
INVRAISEMBLABLE MAIS VRAI, 459
SUITISME, 42
  
LETTRE, 92
LIMBES, 465
LOMBES, 466

Ponctuation à fournir ad libitum.

[Voir aussi le fascicule de la Bibliothèque Oulipienne n˚ 180, Indices.]