Michèle Audin

Sous les Yeux Plan touristque – en français. Saragosse quatre cultures un style de vie. Se déplie, il y a un motif géométrique (carrelage) sous-jacent, des renseignements utiles (ou annoncés tels), des voies d’accès, un plan du quartier historique avec des immeubles et monuments représentés « en élévation » et des numéros dans des ronds rouges. Certains de ces numéros sont explicités sous le plan, avec photos, horaires d’ouverture, tarifs, la Aljafería, la cathédrale San Salvador (ce qui compte probablement pour deux des cultures annoncées, trois avec les vestiges romains, Caesaraugusta $ \to $ Zaragoza). Au verso un plan de la ville avec à droite des listes, les points d’intérêt (correspondant aux numéros), les hôtels, et une brève légende, à laquelle on a ajouté au stylo La Bodega de Chema, 1, et Mesón de Aranda, 2 (les numéros sont bien portés sur le plan). Le plan lui-même est plutôt beige, avec un peu de vert et de bleu (pour l’Èbre, quelques canaux et bassins), les monuments en élévation sont toujours là quoiqu’un peu plus petits. Dans un des parcs un château, ou plus vraisemblablement un ancien château, avec des tours, ou des traces de tours, forme un dessin dans lequel des hexagones s’articulent. Sur un autre parc, un peu plus loin, dans un méandre de l’Èbre, quelques photos illustrent le signe « Expo Zaragoza 2008 ».


Fiordiligi, qui n’est pas allée à Saragosse, essaie de penser que l’Èbre existe indépendamment d’el ejército del Ebro (ay Carmela). Le puente del Pilar me fait envie, dit-elle. Tu t’en souviens ?
Oui, en fer, comme la passerelle près de la Tour Eiffel dont j’oublie toujours le nom, répond Guglielmo. Et doublé, ou même triplé, pour les voitures.
Et le pilier ?
Pas de pilier, c’est puente de Nuestra Señora del Pilar, il y a une basilique de ce nom à côté, sur la Plaza del Pilar). Mais de toute façon on l’appelle puente de Hierro.
4 mars 2015
(à suivre)