Michèle Audin

Un roman est…

Arrête ! Tu ne décris pas un plan de ville. Et les lecteurs savent ce qu’est un roman.
Ah bon. tant mieux, parce que j’aurais eu du mal à en donner une définition qui tienne la route.
La route ? Tu penses encore au miroir que l’on promène ?
Non, tu crois ça parce que Stendhal a été mentionné, mais j’ai aussi d’autres idées. Je pense à des romans d’amour, je veux dire, à des romans où il est question d’amour.
Il y en a d’autres ?
Peut-être pas. Je pensais à un roman précis, dans lequel la grammaire ne permet pas de décider du sexe (du genre) des personnages. N’utiliser que des termes épicènes – oui, c’est comme ça qu’on dit.
Mais pourquoi veux-tu qu’on ignore le genre des amoureux ?
Je n’y tiens pas particulièrement, mais j’ai lu ce livre, qui est très réussi, et je pensais à cet atlas, un truc du même genre (si l’on ose dire) serait de décrire une ville dans tous ses détails, sans qu’on sache jamais si elle est au bord d’un fleuve ou sur une lagune.
Mais tu l’as déjà fait.
Oui.

Je pensais que tu parlerais des possibilités de textes qui soient à la fois un roman et un atlas.
Celui-ci, tu veux dire ?
Non.
Je ne suis pas sûre que ce soit un roman, finalement. Ou alors, le roman de la durée de l’amour ? Mais il y en a d’autres, qui m’ont inspirée, l’atlas des États-Unis déroulé selon un jeu de l’oie, Jules Verne encore.

Des jeux de mots, un roman dans l’Atlas, un atlas roman…

23 février 2015
(à suivre)

$ \Rightarrow $  désir
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.