Michèle Audin

Il y aurait le féminin. Une tour. Elle appellerait Babel, Londres, Pise, Hanoi peut-être.
Mais il y aurait surtout le masculin. Et là encore, il y aurait plusieurs sortes de tours, certains pendables. Mais il y a surtout les tours que l’on fait autour, et bien sûr c’est un pléonasme, autour de quelque chose, le tour de France à vélo, le tour de la Corse en bateau, le tour du monde, le tour du soleil – celui-là, que nous le voulions ou non, nous le faisons.

Faire le tour du monde a longtemps été l’unique façon possible de le connaître, le monde.
Mais qu’est-ce que ça veut dire, faire le tour du monde ? Un itinéraire qui revient à son point de départ ?
N’importe quel aller et retour revient à son point de départ. L’itinéraire des noms de rues Paris – Londres – Lisbonne – Buenos-Aires –Philadelphie – Nice – Aix-en-Provence – Paris effectué à l’article Terre est-il un tour du monde ?
Non. Alors ?
Eh bien, suppose que ton itinéraire ne passe ni par le pôle nord, ni par le pôle sud. Alors chacun des points par lesquels tu passes a une longitude. Si toutes les valeurs possibles de la longitude (entre 180°O et 180°E) apparaissent au moins une fois, alors tu auras fait un tour du monde. Par exemple, je pourrais partir de Thulé vers l’ouest, survoler les îles de la Reine-Elizabeth, la mer de Beaufort, le delta de la Lena, la mer de Barents et Mourmansk, le Spitzberg, et revenir à Thulé, j’aurai fait le tour du monde.
Bon, d’accord, ce n’est pas très bien défini. Il faut peut-être imposer quelque chose sur la latitude aussi.
Passer dans les deux hémisphères ? Alors Phileas Fogg n’aurait pas fait le tour du monde.
Peut-être pas. Mais Bougainville si.
Oui.

Tu fais un beurre blanc ? Un tour de main ?

15 avril 2015
(à suivre)

$ \Rightarrow $  Bougainville, itinéraire, Terre
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.