la litanie des propriétaires, surtout, Abel Rabaud, Bayvet, Bénard, la cité Bénard, pas la rue Bénard, qui est dans le XIVe, pas non plus le Bénard spécialiste de la turbulence, celui des cellules de Bénard, que l’on voit se former dans les œufs battus quand ils commencent à chauffer dans la poële ; Bertrand,  ne pas confondre avec Bertrand Guillaume, un autre propriétaire, Beslay, Bouvier, qui aurait pu être l’écrivain suisse Nicolas Bouvier, la quiétiste Jeanne-Marie Bouvier de la Motte, autrement dit Madame Guyon de Chesnoy, voire Jacqueline Bouvier Kennedy, mais non, c’est un propriétaire ; Bullourde, Carrière-Mainguet, Cesselin, Charles Petit, Courtois, pas Bernard Courtois qui découvrit l’iode dans les algues marines ; du Gast (dans la rue Crespin-du Gast, ce qui ne nous dit pas qui était Crespin), Damoye, Debille, un Delaunay et un Étienne Delaunay (par un effet du même humour municipal qui a fait nommer Denfert-Rochereau l’ancienne barrière d’Enfer, ce passage s’appelle maintenant Sonia et Robert Delaunay…), pas même l’astronome Charles-Eugène, auteur du Problème de la Lune, qui dirigeait et protégea l’Observatoire pendant le siège de 1870, on le voit, pendant la Commune, présider les séances du lundi à l’Académie des Sciences ; Delépine, Dudouy, Dupont avec t, Durmar, Franchemont, Gaudelet, Gonnet, Griset, un nom de chat, et rien à voir avec la statue de la Grisette non loin de là; Guénot, Jacques Viguès, Joly, pas le criminologue, ni le grammairien, ni Gabriel Joly, le sculpteur de la Renaissance, ni Robert Joly, le relieur, ni le marionnettiste Yves Joly, ni John Joly, le physicien, ni Andrée Joly, la patineuse, on la revoit en robe noire, avec Pierre Brunet, sur la patinoire olympique, à Chamonix en 1924, ni le publiciste Anténor Joly, ni Alexandre Joly, le spécialiste de Georges de la Tour, ni Eva Joly, la juge, je dis ça maintenant, au début des années quatre-vingt, on n’en parlait pas, bien sûr, ni Sylvie Joly la comédienne, des anachronismes, quoiqu’il en soit, les Joly ne manquent pas ; Josset, un marchand de bois, propriétaire, Joudrier, Lamier, même Lappe, c’était un propriétaire, du XVIIe, celui-là, Léchevin, Lhomme, pas le collectionneur Jules Lhomme, ni le peintre du XVIIe siècle, mais un propriétaire, « son » passage, donnant sur la rue de Charonne, est un des plus verdoyants ; Liandier, Lisa, Marcès, Moret, ce n’est pas le peintre mineur de l’école de Pont-Aven ; de même que Morlet n’est pas le mathématicien des ondelettes ; Moufle, un propriétaire qui a aussi été maire de l’arrondissement, quand celui-ci était encore en partie le VIIIe, Parchappe, pas le psychiatre mais bien un propriétaire ; Pelée, ne pas confondre avec Pélée (le roi des Myrmidons); Pihet, Piver, on pense au parfumeur qui inspira César Birotteau, d’autant que Birotteau avait installé sa fabrique au Faubourg du Temple, pas loin, mais non, c’est un propriétaire ; Plichon, Prost, pas le révérend Prost, le spécialiste bien connu du susu et du toma, mais lui aussi un propriétaire ; Quellard, Questre, Rauch, Ribot, ni Théodule, le psychologue, ni Alexandre le président du Conseil ; Salarnier, Souzy, Théruin, Thiéré, les Trois Frères (Viguès), dans la cour desquels il y a trois marquises en verre (une pour chacun ?), Truillot, Turquetil, Vacheron, Veissière, Viallet, des propriétaires, vous dis-je ; leurs surnoms, le Coq, leurs activités, la Baleine, et leurs familles, Alexandrine, Émile Lepeu et Gustave Lepeu sont trois enfants de Lepeu, un propriétaire, excusez-le du peu ;

les rois, Louis-Philippe, Philippe-Auguste, Saint-Louis, leurs enfants, Nemours ;

les saints, Saint Antoine, le saint principal, si l’on peut dire, vue l’importance du rôle que « son » faubourg a joué dans la vie parisienne, économique ou politique, le 25 juin 1848, il y avait vingt-neuf barricades sur la seule « Charybde du Faubourg Saint-Antoine » (et, entre parenthèses, le Saint Antoine de Lisbonne); Saint Ambroise, Saint Bernard, qui a fondé le quartier en fondant l’Abbaye Saint-Antoine ; Saint Hubert, Saint Irénée, Saint Joseph, Saint Louis, Saint Michel, il est là lui aussi, Saint Nicolas, Saint Pierre (Amelot), Saint Sébastien ; et une seule sainte, Sainte Anne (Popincourt), puisque Sainte Marguerite a une église et même un ancien cimetière, qui a peut-être contenu le corps du prétendu Louis XVII, elle a aussi, bizarrement, une cour dans le passage du Cheval-Blanc, mais elle n’a pas de rue, en tout cas pas ici ;

les savants et inventeurs, un mathématicien, un seul mathématicien, Desargues, on a donné son nom à une petite rue laide, pas très bien alignée non plus, un comble pour un homme connu pour avoir démontré l’alignement de certains points, deux chimistes, Auguste Laurent, Chevreul, un naturaliste, Paul Bert, et tous les autres, Pasteur, qui a ici une petite rue, Parmentier, Froment, celui des horloges électriques, Gambey, Charles Dallery, celui de la navigation à vapeur, Jacquard ;

les villes, pays, îles et régions, Angoulême, peut-être là plus à cause d’un duc, neveu de Louis XVI et grand prieur du Temple, que d’une ville, Belfort, Nice, Tunis, Phalsbourg, ne pas croire pour autant qu’on est près du parc Monceau, c’est un autre monde, la Petite Pierre, l’Alsace est bien représentée, Vaucouleurs, que l’on aurait pu croire près de Jeanne d’Arc dans le XIIIe arrondissement, le Dahomey, le Morvan, le Cantal, dans le XIe, ça s’imposait, Candie (c’est la Crête), Malte, à cause des chevaliers ;

les noms de villages ou lieux-dits, Aunay (dans le nom de l’impasse Daunay), Basfroi, Belleville, les Boulets (les boulayes, plantations de bouleaux), Charonne, Charrière, Ménilmontant, ou était-ce Mesnil Maudan ? Montlouis, l’Orillon, Popincourt, peut-être les Nanettes, un nom du XVIIIe siècle, dit Hillairet, ce qui n’explique rien ; et les routes qui y menaient, la rue de Saint-Maur, une barricade, là, en juin 1848 comme en mai 1871, c’était la route de Saint-Maur à Saint-Denis, la rue de Montreuil menait à Montreuil et la rue de Charonne à Charonne alors que le boulevard de Charonne séparait, lui, ce village de Paris, la rue des Boulets allait aux Boulets, c’est là que se tenait la fabrique de papiers peints Reveillon, dévastée et incendiée en 1789, huit jours avant l’ouverture des États-Généraux, on avait voulu baisser les salaires, près de trente morts, déjà, suite à l’intervention de la troupe ;

les nouvelles, Neuve-des-Boulets, Neuve-Popincourt ;
  

31 décembre 2014
(à suivre)


PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.