Michèle Audin

Blay-Foldex Strasbourg et son agglomération est le petit frère de l’autre. On pourrait énumérer les différences (deux sont déjà visibles : Blay est devenu Blay-Foldex et la banlieue est devenue une agglomération). Le carré aux coins arrondis qui orne la couverture cartonnée est à peu près identique : itinéraire d’accès (les noms A4, A35, ont été ajoutés), liste des communes de l’agglomération (ce sont les mêmes que celles de la banlieue), rose des vents et schéma de la cathédrale de Strasbourg. Page suivante, la brasserie Kronenbourg a laissé la place à des photographies de « Strasbourg à découvrir en toutes saisons », et elle occupe la page finale du livret. Celui-ci compte toujours quarante pages, même si les numéros de téléphone qu’il inclut ont dix chiffres. La dernière page de la couverture forme toujours un rabat et contient toujours un extrait du plan du centre. La date des modifications n’est pas indiquée mais les voies piétonnières sont maintenant colorées en orange. Les églises n’ont pas bougé. Cette fois, le plan général a été conservé. C’est un grand dépliant (9 $ \times $ 3 rectangles d’une taille permettant de le ranger dans le rabat). On y voit les rivières (Ill, Aar, Bruche, et même, tout à fait à droite, Rhin) et les nombreux canaux qui entourent la ville ou s’en éloignent (canal de la Marne au Rhin, du Rhône au Rhin, de la Bruche), les autoroutes et les voies de chemin de fer (avec la gare), toujours les églises, les bâtiments orangés, des pictogrammes indiquant les cabines téléphoniques, le fond jaune et un peu de vert en dehors de l’ovale central. Il y a un verso, avec une géométrie intéressante. Il n’est pas fait pour être regardé en tant que tel, globalement. On rabat le pli du bas pour lire la suite, en bas (au sud) – la forêt d’Illkirch-Graffenstaden, celle de Neuhof, les bassins du port – ou en haut (au nord) – Bischheim, Schiltigheim. C’est aussi sur ce verso que se trouve le plan du centre (plus étendu à l’ouest et à l’est) qui (à cause de cette géométrie) est disposé à l’envers par rapport aux extensions. Il y a aussi une « Échelle approchée 1/10350 – Reproduction interdite » et l’indication que les lignes d’autobus sont en bleu et celles de tramway en orange. Fermé, le plan montre une carte de France et « + de 140 Plans-Guides ».


C’est joli, Strasbourg.
Oui, c’est coquet.

28 mars 2015
(à suivre)

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.