Michèle Audin

Le rôle de la typographie dans la lisibilité des cartes est crucial. Elle est forcément le résultat d’un choix délibéré. Sans entrer dans le détail des polices de caractères utilisées, signalons la difficulté présentée par les fonds en couleur : un texte imprimé sur fond rouge ou brun ne se lit pas facilement. Des caractères penchés induisant une lecture erronée d’un plan ont déjà été mentionnés quelque part dans ce livre, mais il s’agissait davantage d’un croquis schématique que d’un authentique plan.

Dans le grand atlas mondial que possèdent Guglielmo et Fiordiligi, les noms aquatiques (noms des mers, lacs, cours d’eau…) sont composés dans une police penchée « à l’envers », les caractères sont penchés vers la gauche, qui est aussi l’arrière (en français). Si cette police, en elle-même à un côté gauche (justement) et même un peu scolaire, son utilisation systématique et le résultat sont assez élégants.
26 avril 2015
(à suivre)

$ \Rightarrow $  atlas (suite), Rabat
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.