Michèle Audin

Et d’ailleurs, comme Fiordiligi, c’est de Namur que je veux vous entretenir. Imaginez Namur, avec sa citadelle sur son rocher, ses remparts et ses bastions, Namur assiégée, oui je me suis documentée, qu’est-ce que vous croyez, je suis un auteur sérieux, et j’écris ceci, qui est, je vous l’assure, un roman d’amour, même s’il est parfois difficile d’en parler, pas tant qu’il soit difficile de parler d’amour, ça tout le monde le fait, l’amour est, semble-t-il, une chose très commune, tout le monde est déjà tombé amoureux, et tout le monde en parle, et il est même de bon ton d’y mettre un peu de sexe, oh !  très clean, description convenue du sexe de l’homme, raide, dur, ou (ou et) de celui de la femme, à supposer bien sûr qu’il s’agisse d’un amour entre un homme et une femme, chaud, humide, et pénétration, que c’est courageux, les bouches sont parfois utilisées aussi, que c’est osé, un osé de bon goût, acceptable par tous, tout le monde fait ça, tout le monde peut s’y reconnaître, voilà l’amour, mais ce n’est pas tout, direz-vous, ah oui, il vous faut un troisième larron,

 Mais moi, Carmen je t’aime encore

bien sûr, comme ça il y a aussi du drame, mais voilà, est-ce donc cela, parler d’amour ? L’amour, est-ce donc cela ?
Imaginons, me souffle Fiordiligi, que nous voulions parler de la tendresse. Ah ! voilà! eh bien ça, c’est autre chose. Et ça contient aussi le sexe de l’un et le sexe de l’autre et les bouches, et le reste, mais les corps ont bien d’autres parties et les amants ont de l’imagination, ça contient tout ça, mais d’une façon qu’il est difficile d’exprimer par des mots, et d’ailleurs, le voulons-nous ? À quoi bon ces mots, car avec qui voudrions-nous partager ça ? Ça, répète-t-elle.  

Oui, c’est un roman d’amour, et la tendresse s’y trouve peut-être, dans le plan de telle ou telle ville, peut-être est-ce pour cela que Fiordiligi voulait, non, Fiordiligi veut, que nous parlions ici de Namur et de son siège, du siège-même où fut blessé l’oncle Toby de Tristram Shandy.  Eh bien voici. La Meuse, la Citadelle, la Sambre, les ponts… Ah ! le régiment de Sambre-et-Meuse, c’était là! Rien à voir avec Sterne. Mais avec la Révolution, si.
C’est fini, la Révolution. Même les chaises sont rentrées dans le rang, de même que les généraux révolutionnaires sont devenus des maréchaux d’Empire. Voulez-vous que je vous fasse la liste des généraux du régiment de Sambre-et-Meuse ? Inutile, je vous crois. Parlez-moi de la Citadelle et de l’amour. Vaste programme…


Encore en train d’écrire, demande Guglielmo ? Il est tard, viens te coucher. Mais d’abord, écoute ça, interro écrite. Et il met le disque, c’est Charlye Parker dans What is this thing called love ?
Justement, c’est la question à laquelle je réfléchissais, je vais pouvoir t’expliquer, c’est très simple : un truc raide et un truc chaud. Ils rient. Jamais rien compris aux cours magistraux, prétend Guglielmo. Dommage, je t’aurais raconté le siège de Namur. Je préférerais le truc chaud.
Bon, travaux dirigés.

25 mars 2015
(à suivre)


$ \Rightarrow $  métaphore, mètre, références


PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.