Michèle Audin

"Metro Bilbao Sareko planoa – plano de la red" est un plan de métro très simple : il y a deux lignes de métro à Bilbao, une noire et une rouge, et elles coïncident sur une partie de leur parcours.
*
Bilbao Plano – celui-là est tout en castillan – contient, sur une de ses faces un plan d’accès (Bilbao et sa ria jusqu’à la mer Cantabrique) ainsi qu’un plan du métro (superposé à un plan géographique cette fois) et des correspondances avec les trains de banlieue. L’autre face est le plan lui-même, un plan au 8 800e, avec une rose des vents (le nord-est est en haut), une légende (castillan-basque-anglais-français) et le plan de la ville (beige) dans une boucle de sa ria (bleue) avec ses parcs et ses collines (verts), ses édifices dessinés « en relief », la plaza de toros, des églises, l’université de Deusto (jésuite), un joli pont d’architecte (zubizuri, qui veut dire pont blanc en basque) et le joyau de la ville, la fondation Guggenheim.
*
Un magnifique bâtiment, caparaçonné comme un navire de guerre, dit Fiordiligi, mais pas beaucoup de contenu. Tu te souviens que nous sommes venus à Bilbao ensemble, il y a très longtemps ? Un grand port industriel, tout noir. Guglielmo ne se souvient pas, n’est pas sûr de se souvenir. Et maintenant, dit Fiordiligi, le site est élégamment mis en valeur, avec une tentative de se souvenir que ce fut un port. Comment ? Contrainte : les sculptures doivent avoir la couleur rouille. Je n’arrive pas à être sûre que c’est vraiment respectueux pour les ouvriers qui ont trimé là.

Tu les ranges à leur place ? Oui, entre Berlin et Bombay.
 
25 avril 2014
(à suivre)

$ \Rightarrow $  Lens, ria
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.