Michèle Audin

On pourrait craindre que cet article soit un doublon de l’article fuseau. Mais non. Car, dit Fiordiligi, je pense aux vingt-quatre heures que dure ce jour où s’écrit cet article, et aux quatorze heures et cinq minutes que durent le jour, la partie du jour que l’on appelle le jour, et aux neuf heures et cinquante cinq minutes que dure la nuit de ce jour, le 20 août 2014, et je pense aux quarante-huit heures que dure ce 20 août à la surface de la Terre, il a commencé là-bas, aux îles Fidji, douze heures avant d’arriver ici (en tout cas, ce serait le cas si nous vivions à l’heure du soleil) et il continuera encore douze heures lorsque nous serons déjà le 21 août, jusqu’à ce qu’il soit enfin minuit, là-bas, par exemple à Nome, dans l’Alaska.

J’ai lu ce roman, dit-elle, l’Invention du monde, la date était le 21 mars 1989, je me souviens très bien du 21 mars 1989 comme de la date où j’ai pensé (su ?) que j’étais enceinte, ce qui bien entendu n’était pas dans les journaux le lendemain et n’est donc jamais arrivé dans ce livre. Et d’ailleurs, Nome y était-elle nommée ? Le 21 mars, c’était l’équinoxe, nous aurions pu attendre un mois et l’équinoxe d’automne, mais à quel article en serons-nous à ce moment-là?

Aujourd’hui le soleil se lève, ici à Paris, à 6h50 et se couche à 20h56. Même si j’attendais qu’il soit presque minuit pour mettre cet article en ligne, je ne pourrai pas faire de liste de tout ce qui se passerait ce 20 août, là-bas, plus à l’ouest…
20 août 2014
(à suivre)

$ \Rightarrow $  équinoxe
image : un cadran solaire « universel »
(qui donne beaucoup d’heures différentes)
au Mont Sainte-Odile
(dans les Vosges)