Michèle Audin

Moskva Turistskaya Skhema est daté de 1977. Une photographie panoramique de la ville, un livret avec des listes de lieux d’intérêt touristique, un index des noms de rues (le tout en russe), et un plan, un grand plan dépliant aux plis assez usés. Quelques photographies jaunies (la (une ?) statue de Lénine au Kremlin, la place Rouge, l’avenue Kalinine, le Bolchoi, une statue de Pouchkine) entourent une grande image de la ville, plutôt beige, avec comme toujours (ou presque) de l’eau bleue et des parcs verts, des voies de chemin de fer noires. Il n’y a pas d’échelle. Deux pictogrammes en étoile (dans le livret, la légende indique qu’il s’agit de musées) ont été entourés au stylo noir (l’un d’eux est le monastère Kolomenskoye); il y a aussi des inscriptions au stylo noir, plus ou moins incompréhensibles, comme « Arkhangelsk, 5 ou 6 ». De l’autre côté, le centre figure, à plus grande échelle. Le musée Roublev, la galerie Tretiakov, le musée Pouckine ont été cerclés au stylo noir ainsi que le monastère Novodievitchi, auprès duquel a été ajoutée l’information « sauf mardi », toujours au stylo noir. On trouve aussi un plan du Kremlin avec les noms des différents édifices et églises, un petit plan des environs et un magnifique plan du métro, avec sa ligne circulaire (vraiment un cercle) et toutes ses autres lignes, droites (vraiment des droites) qui traversent ce cercle sans en être tout à fait des diamètres (de sorte qu’elles passent toutes par le centre de la ville sans se rencontrer au centre du cercle).
*
Moskva Turistskaya Skhema est daté de 1986. Le livret donne plus ou moins les mêmes indications, la pochette contient un plan du métro dont il faut reconnaître qu’il est moins parfait, géométriquement, puisque les lignes droites sont devenues des lignes brisées. La feuille portant le(s) plan(s) a beaucoup grandi, au point qu’il est inimaginable de l’ouvrir dans la rue pour y chercher son chemin. Ce plan a peut-être été conçu pour être rangé dans une boîte de chaussures.

Ou punaisé contre un mur, comme il l’a été aussi, recouvrant une superficie d’environ 1 m $ \times $ 80 cm, soit 0,8 m2. Une des faces porte le même plan du centre qu’en 1977, avec les mêmes étoiles indiquant les mêmes musées (mais pas d’inscription au stylo noir), un quadrillage, toujours pas d’échelle, des plans séparés des parcs ou lieux supposés d’intérêt (le Kremlin, le Parc Gorki, etc.) accompagnés de photographies en couleurs de ces lieux. L’autre face, qui est certainement celle qui était visible, au temps du mur, puisqu’elle est un peu passée, est un immense (8000 cm2) plan de l’ensemble de la ville, qui ressemble beaucoup (l’échelle exceptée) à celui de 1977 (couleurs, style).


Eh ! C’est quoi, cette image ? On n’est plus à Montréal ! 
Mais on est toujours en automne…
13 novembre 2014
(à suivre)

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.