Michèle Audin

Il aurait pu y avoir un article « excentré », ce qui voudrait dire « sans centre », comme « épointé » veut dire « à qui on a retiré un point », car il y a des villes qui n’ont pas de centre, dans lesquelles cette notion n’a même pas cours, mais devons-nous les considérer comme des villes, voilà la question, peut-être pas, et peut-être n’y a-t-il pas lieu de poser cette question puisqu’il n’y aura, espérons-le, pas de plan de telles « villes » dans la collection.

Ce point ayant été discuté, c’est donc bien dans un article « excentrique » que nous nous trouvons et les lecteurs perspicaces ont certainement compris ce qu’un tel article fait dans cet atlas. Un excentrique est une personne qui fait des choses inattendues, bizarres, et l’apport des excentriques aux atlas est brillamment illustré par un roman de Jules Verne qui, sous prétexte d’un jeu de l’oie organisé par un excentrique, est un atlas des États-Unis en 1897.

Un roman et un atlas en même temps. Tu aurais pu en parler à propos de Chicago, dit Guglielmo.
C’est vrai, et aussi à propos des carrés. Mais on va mettre des renvois, puisque ça on a le droit de le faire.
14 juillet 2014
(à suivre)

$ \Rightarrow $  carré, Chicago, jeu
 
PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.