Michèle Audin

Nantes plan guide ne porte aucune date (mais ses numéros de téléphone ont dix chiffres) il se présente comme un dépliant (2 $ \times $ 7 rectangles) sous un montage photographique bleu dont il est impossible de distinguer les éléments (sauf un tram). Il contient tout ce que les dépliants de cette espèce contiennent, de la publicité pour les Galeries Lafayette, plus localement pour la brasserie la Cigale (un siècle de passion) et beaucoup moins localement pour la visite des caves du Champagne Mercier à Épernay, il y a également des indications touristiques et un index des rues, ainsi qu’un plan (quand même). Sur le plan on voit la Loire, avec ses deux bras enserrant une île, et l’Erdre qui se termine brutalement face à l’hôtel du département (peut-être passe-t-elle sous le Cours des 50 otages), quelques parcs verts, le château des Ducs de Bretagne, les Galeries Lafayette et les Nouvelles Galeries, les voies de chemin de fer, pas d’échelle, un quadrillage.

Nantes m’est toujours inconnue.
C’est tout ?
Il pleuvait.
21 novembre 2014
(à suivre)

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.