Michèle Audin

Édité par Cartographia, Budapest Classic varostérkép $ \cdot $ City map $ \cdot $ Stadtplan $ \cdot $ Plan de ville, avec sa photographie de Matyas templom, est un plan au 1 : 28 000e (1 cm = 280 m, est-il précisé). La Jelmagyarazat – Zeichenerklärung – Legend – Légende est plus fournie. Il y a une date (2007). Il y a aussi davantage de couleurs, mauve, rose, orangé, et les lignes et stations de métro sont indiquées. Pourtant le plan est moins lisible que son copain, si ce n’est qu’il contient, outre le plan d’accès, un plan au 1 : 16 000e (1 cm = 160 m) du centre, de Petöfihid à l’île Margit, sur lequel quelques-uns des noms des rues minuscules du quartier du château sont lisibles.
*
C’est là que j’ai commencé à admirer les lignes des ponts, dit Fiordiligi. Grâce à celui-là, Erzsebet. C’est une ville à ponts. Ou une ville de ponts.

Étonnant que nous n’ayons pas davantage de plans, dit Fiordiligi. On ne voit pas les escaliers, dit Guglielmo. On ne voit pas les trolleys, répond Fiordiligi. J’ai encore des tickets de trolley. Dans un livre que je lisais là-bas. En 1985. Les tickets sont dedans, un marque-pages. Espèces d’espaces. Un guide touristique, dit Guglielmo. Oui, pour partout.

La rue mondialisée, dit Guglielmo, Vaci utca, aujourd’hui les mêmes boutiques qu’à Bordeaux, ou qu’ici. Maintenant, n’importe qui comprend les enseignes. Il faut lever les yeux. L’uniformisation n’a encore frappé que les rez-de-chaussée.
6 mai 2014
(à suivre)

$ \Rightarrow $  coloriage, images
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.