Michèle Audin

Mercator est à Lambert ce que le cylindre est au cône. Le chapeau chinois que vous avez posé mentalement sur la tête-Terre, vous le remplacez par un cylindre qui enveloppe la Terre en la touchant le long d’un grand cercle, l’équateur si vous voulez. On dit que le cylindre est tangent à la sphère. Puis vous projetez les dessins des continents ou de ce que vous voulez sur ce cylindre. Les méridiens deviennent des droites parallèles.

C’est ainsi (et en utilisant l’équateur), que l’on obtient la plupart des planisphères des atlas. On comprend sans mal pourquoi sur ces cartes, les régions proches des pôles occupent tant de place, le Groenland se compare à l’Afrique, jusqu’aux pôles aux-mêmes, qui occupent toute la largeur de la carte.

Je remarque que tu appelles largeur le grand côté d’un rectangle.
Oui, et que tout le monde comprend.
Oui. Tu ne parles pas de Mercator ?
C’était un cartographe. Il y a un portrait de lui où on le voit mesurer quelque chose sur un globe avec un compas.
Tu sais qu’il a été emprisonné pour hérésie ?

24 octobre 2014
(à suivre)

$ \Rightarrow $  cartographe, Cousin, Lambert, projection, puzzle, remords
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.