Michèle Audin

L’échelle est ce qui permet de comprendre ce que sont les distances, sur le terrain, en regardant l’image qu’est la carte.
*
Ce qui suppose que tout ce qui est représenté sur la carte l’est à la même échelle. Ce qui n’est pas le cas pour les mappemondes.
Ça, je crois qu’on l’a déjà dit.
Mais ça vaut peut-être la peine de le répéter quand même.

Si l’échelle a souvent la forme d’une échelle, celle-ci est couchée horizontalement, les deux montants très resserrés, avec quelques échelons, tous les centimètres, par exemple, pour indiquer des longueurs intermédiaires.
Beaucoup des plans de la collection n’ont pas d’échelle, dit Fiordiligi, et sont pourtant utilisables.
Et tu as même un plan dont l’échelle est graduée de droite à gauche.
Au moins un plan, corrige Fiordiligi. Bombay. Mais il y en a peut-être d’autres, nous n’avons pas encore tout examiné.

Les changements d’échelle peuvent être douloureux, dit Guglielmo.
Je sais à quoi tu penses. Une balade en montagne (elle dit un nom de lieu) préparée avec une carte au 50 000e avec l’échelle 25 000e dans l’œil. Heureusement qu’on n’avait pas prévu trop long ce jour-là.
29 juin 2014
(à suivre)
 
$ \Rightarrow $  atlas
 

PS. Il y a une légende de l’illustration dans le post-scriptum de la page images.