Michèle Audin

Peut-être le mot centre sera-t-il le mot le plus employé de tout ce texte (au moins vingt-quatre fois jusqu’ici). Les villes ont des centres, enfin la plupart, en tout cas celles dans lesquelles on peut marcher. Certaines en ont même plusieurs, centre touristique, centre d’affaires…

Il n’est pas plus facile de déterminer le centre du monde que son bout, mais il y a une manière  (et peut-être même plusieurs manières) de calculer l’endroit précis où se trouve le centre de la France. Ce que ça veut dire ? Imaginer une carte de France découpée dans un morceau de matière plastique rigide, comme celles que nous avons utilisées à l’école primaire pour dessiner nos cartes de géographie. Imaginer aussi une sorte de pointe, verticale, sur laquelle on poserait la carte. Alors pour que celle-ci se tienne, horizontalement, en équilibre, il faut placer la pointe au centre. Qui est peut-être dans la commune de Vesdun, département du Cher où il y a (avait ?), dit-on, une plaque signalant que l’on est là, exactement, au centre de la France métropolitaine. Non loin de Bourges.

Qui est sur le méridien de Paris. C’est une autre histoire. Les montagnes et les plaines comptent pareil ? On pourrait aussi utiliser une carte en plastique où les montagnes soient en relief, comptent plus, le centre serait différent, sans doute plus au sud, et même plus à l’est. Les villes et la campagne comptent pareil ? On pourrait aussi ajouter de l’épaisseur, de la masse, aux villes, en fonction de leur nombre d’habitants. Et la Corse ? Et l’outre-mer ? Ah !
20 mai 2014
(à suivre)

illustration :
un petit « bout »
du centre
de la couverture
d’Espèces d’espaces

$ \Rightarrow $  coordonnées, Delambre, héliocentrisme, méridien, milieu